Cette nuit, toute la merde de mon corps a dégouliné sur le sol, chacune des pores de ma peau devenue un cloaque. Dedans, force de vie en gestation, un fœtus attendait. Fétu devint bûcher. Je brûlai.

 


Autres articles

Répondre

penser et tout dire |
Pascal DEMEURE, mes romans.... |
le Cri du Crabe qui Cuit ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rguiegu brahim - ÅíãÇÁÉ æÑÏ...
| dislui
| sarivoli