reflets ·

L’image, mon image, la mienne, qu’est-ce qu’elle a ?

j’étais tranquille, je me suis vu, je n’ai pas compris.

J’ai l’habitude de ne pas voir et pas comprendre, c’est pour ça que je cherche souvent.

La myopie m’a donné un cœur à chercher derrière l’apparence, je suis un livre buvant et brûlant les dictionnaires coup sur coup.

Et là, je n’ai pas. Compris.

Puis je me suis souvenu : il y a deux jours, je voulais écrire.

J’avais vu, bu, une image. Une drôle de chose.

On revient en voiture, calme, assis, on pluriel et singulier à la fois, je suis tout seul, nous sommes cinq. Et je me vois dans le rétro.

La voiture démarre et. Léger tremblement. Une vibration qui s’est glissée sur moi et sur l’appareil. L’apparence.

Dans le petit miroir je deviens presque flou, impression. Et dans ma tête : une œuvre-d’art.

Je n’ose pas le dire, qui croirait que je me pense mieux que les autres ? Non, c’est juste que. Juste ça.

J’aime me considérer, à l’instar du monde entier, comme une merveille, j’en suis souvent blessé, je suis devenu une brosse, un pinceau, un tracé vague et déchiré, entravé de vide. Je me suis vu de trop loin.

Dans ce je de reflets, j’ai senti que les heurts, si doux, si doux, qui niaient bien ma forme, m’apportaient à moi-même, moi à moi-même. J’ai bu.

Tout de suite, là, je viens de comprendre. J’ai pris secrètement l’habitude de me voir par bouts, cubisme, jamais en entier. J’aime les petits miroirs, et dans les grands, je vois plein de petits. Mais là. Là je n’ai pas vu. Je suis tombé comme face à l’intérieur de moi-même.

Je n’aime pas me voir de l’intérieur, c’est trop grand pour que j’en joue avec des illusions, trop grand, trop bizarre, je n’aime que mes bouts. Mots. Flots. Vagues bribes de divagations. Je suis comme une onde qui me parcoure et me donne forme en m’éclaboussant. Une ride à ma surface c’est toujours moi qui lance la pierre pour me faire jaillir, me vider, m’exploser d’un “ploc” sourd. Comment ricocher ?

 


Répondre

penser et tout dire |
Pascal DEMEURE, mes romans.... |
le Cri du Crabe qui Cuit ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rguiegu brahim - ÅíãÇÁÉ æÑÏ...
| dislui
| sarivoli