Rose···

Rose, bouton qui s’ouvre, porte d’un nouveau temps, dans mon cœur qu’elle éprouve, pétales ou firmament.

Pose, sur l’ourlet de ses lèvres, le baiser des vingt ans, l’amour nous enlève, et les fleurs au printemps…

Pâle, rayon d’effluves, squelette de « pourtant ». Rose, et l’ourlet de ses lèvres, pétales ou firmament ?

Reflet qui te découvre, te dévoile, et pourtant… Rose, rayon d’effluves, pétales et firmament.

 


Autres articles

2 commentaires

  1. phlaurian dit :

    et pourtant le savoir acquis dans les noirceurs nous laisse dans le noir lorsque sonnent les heures…
    le battement commence, répété constamment, contre mon coeur qui danse il y a ma chair qui pleure.
    et qui pleure et qui broie, et se noie en douceur au fond de ce qu’on nomme moi il y a un danseur.
    un danseur fait de soie, ébloui de torpeur, qui se sent à l’étroit et qui perd ses heures.
    et qui se sent de bois, propre à brûler toujours, rameau d’un buisseau sourd à ce qu’il n’entend pas.
    la logique est perdue mais elle tressaute encore, veut croire qu’il est mort sans le poids de sa croix.
    mais il ne tombe pas, il sourit et s’endort…

  2. phlaurian dit :

    et s’il ne dormait qu’en rêve ? si son oeuvre était telle qu’il doive en mourir ? si son oeil cerné, douloureux, devait en fait, boire à longs traits aurores et crépuscules, sans jamais rien entre eux… comme une respiration, un tempo d’une grande douceur… un battement par jour contre l’abattement, et contre le sommeil un soleil qui se glisse d’un bord à l’autre de son ciel… qui s’écrase et resurgit sans cesse… rien, rien d’autre… qu’un seul médicament, la lumière…

Répondre

penser et tout dire |
Pascal DEMEURE, mes romans.... |
le Cri du Crabe qui Cuit ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rguiegu brahim - ÅíãÇÁÉ æÑÏ...
| dislui
| sarivoli