il · scènes infinies · scène III

Il, au milieu des feuilles mortes.

 

morceau de ce peu de toi

aliénant dans ce soir

ce qu’il reste de l’émoi

 

malgré cette pesanteur

j’ai rêvé que je troublais

un instant la candeur

 

de cet être trop trouble

dans la lumière trop noire

avec son ombre double

 

 

qui mangeait la pénombre

sa tuance le naissait

ébloui jusqu’à fondre

 

 


Autres articles

Un commentaire

  1. chris dit :

    ombre double voir triple sur la route
    qui frissonne
    face aux doutes
    que tu harponnes.

Répondre

penser et tout dire |
Pascal DEMEURE, mes romans.... |
le Cri du Crabe qui Cuit ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rguiegu brahim - ÅíãÇÁÉ æÑÏ...
| dislui
| sarivoli