eau

que coule le liquide, amour, qui s’échappe de mes plaies, ce qui suinte n’est plus tout à fait ce qui me plaît, il ne m’eut pas plut non plus d’être reclus… mais suis-je pour autant moi-même dans tant de gens? toujours assouvi, abreuvé de silences, pluriels car bruyants, totalement déraisonnés, tels que rimbaud les eut souhaités, mais je ne vois plus rimbaud, verlaine à rempli ma coupe de sa frustration, son arrogance se fait mienne, et je sens que s’insinue en moi le poison de la claire réalité qui ne veut que la nuit… Mais

 

verlaine était un génie…

 


Autres articles

Répondre

penser et tout dire |
Pascal DEMEURE, mes romans.... |
le Cri du Crabe qui Cuit ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rguiegu brahim - ÅíãÇÁÉ æÑÏ...
| dislui
| sarivoli