amavi, amo ac…

qui fait que je suis ce que je suis sinon les autres? pourtant je suis ce que je suis et je n’ai pas attendu les autres pour cela, cela signifie-t-il que je serais ce que je suis même sans les autres, mais que j’en serais inconscient, ou pas du tout? et être quelque chose sans le savoir n’est-ce pas ne pas l’être? ou bien est-ce aussi ne pas se comprendre, ne pas s’englober? mais s’englobe-t-on jamais? peut-on, de soi-même avoir la force de se reculer de soi, et donc de se déplacer, pour se voir, ne serait-ce que de s’apercevoir? est-il alors impossible de se ressentir et le fait que les autres nous aident à nous comprendre est-il justifié? peuvent-ils, alors qu’ils ne sont pas nous même, savoir, quoi nous signaler sur tout ce qu’il y a à dire? et n’est on pas plus tranquille tout seul et sans rien savoir de soi-même? ou plus confortable? et ainsi l’homme est-il créé pour ou contre la mobilité? qui suis-je en moi? et qui est elle?

 


Autres articles

Répondre

penser et tout dire |
Pascal DEMEURE, mes romans.... |
le Cri du Crabe qui Cuit ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rguiegu brahim - ÅíãÇÁÉ æÑÏ...
| dislui
| sarivoli